Chaque année de nombreux motards et scootéristes meurent sur les routes, du fait de l’imprudence des uns (motards, routiers et automobilistes confondus), de l’excès de vitesse des autres, du manque de considération pour les deux roues et autres raisons liées au non respect des règles de la sécurité routière. AndannaBike vous livre ses 10 conseils pour une conduite en toute sécurité :

1. En circulation, surveillez attentivement la partie haute de la roue d’un véhicule arrêté. Car cette partie de la roue se déplace au double de la vitesse du véhicule (comme les chenilles d’un char qui doivent « rattraper » l’avant pour plonger au contact du sol). De ce fait, la perception de démarrage du véhicule est doublé en regardant ce point là. L’effet est accentué par l’utilisation généralisée des jantes ou enjoliveurs « à bâtons ».

2. Regardez toujours les roues. Une voiture qui sort de stationnement peut le faire sans avoir signalé son intention (tant l’emploi du clignotant semble devenu facultatif…), mais il ne peut pas le faire sans avoir braqué ses roues dans le sens de la sortie ! Ce sont donc l’orientation des roues d’une file de voitures stationnées que vous devez surveiller.

3. Le regard est évidemment primordial, mais pas seulement le vôtre. A ce sujet, les vitres fortement teintées sont une hérésie car elles ne permettent pas d’aller chercher le regard de l’autre conducteur. Ce regard croisé doit être un élément déterminant de votre comportement car présent : il peut être sécurisant ; absent : il doit vous inciter à la plus grande prudence.

4. La priorité à droite. Il faut modérer cette notion jusqu’à penser qu’elle n’existe pas pour le motard. En effet, il faut partir du principe que rien ne vous protège et que tout contact est une catastrophe. Là aussi, il faut attraper le regard du conducteur pour essayer de comprendre ses intentions. Mieux vaut se faire « voler » une priorité que de risquer l’accrochage.

5. Les angles morts des utilitaires peu ou pas vitrés, sont à prendre en compte. Le chauffeur, seul dans son fourgon peut ne pas vous voir arriver de sa droite. Tenez-en compte, intégrez le fait qu’il puisse s’engager sans être certain que la voie soit libre et redoublez de prudence.

6. Le regard vous guide. Si vous pensez être « au-dessus de vos pompes », que le virage dans lequel vous êtes rentré trop vite : portez (forcez-vous) le regard au loin sur la route à la sortie de la courbe. Vous allez immédiatement sentir la sérénité et sortir de ce virage sans difficulté, car oui, c’est le regard qui vous conduit. Le contraire est vrai, ne vous focalisez pas sur un nid de poule ou autre, vous auriez toute chance de passer dedans.

7. Les rond-points sont moins accidentogènes que les intersections. Pourtant, les quatre roues (et plus) y déversent régulièrement les trop-pleins de leur réservoir de carburant. A force d’habitude, c’est même l’odeur de gasoil qui peut vous prévenir du danger potentiel. Donc, le moins d’angle possible dans un rond-point car vous pouvez être amené à « couper » une trace de gasoil.

8. Revenons au clignotants non utilisés. Il arrive fréquemment qu’un véhicule qui vous précède quitte sa voie pour tourner à gauche sans prévenir. Anticipez cette possibilité en ayant une lecture de la route qui vous permettra, ayant repéré cette route qui part à gauche, de ne pas doubler le véhicule à ce moment-là et signalez toujours votre intention.

9. La majorité des peintures blanches de signalisation au sol sont des calamités en terme d’adhérence. Lignes blanches, passages piétons deviennent ultra-glissant quand la chaussée est humide.

10. Le danger peut venir de l’arrière, d’une voiture qui ne sent pas la même nécessité que vous, de vous arrêter. Il faut donc surveiller ses arrières, rester prêt à avancer (ne pas lâcher son guidon, être en première – sauf scooters !) voire même, se décaler sur le chaussée pour ne pas se faire pousser.

11. Si une voiture est arrêtée lorsque vous remontez une file, ce n’est peut-être pas pour rien et vous devez carrément envisager d’en faire de même. Il peut s’agir d’un piéton qui traverse. Ne prenez pas le risque de lui faire détester la moto à vie…

 

Pas évident avec toutes ces recommandations anxiogènes de prendre du plaisir sur la route. Dites vous bien que ce n’est pas le lieu pour cela…« Et que, quand on imagine le pire, on a moins de chance de se tromper. » (Pierre Desproges)