La méthode de contrôle du niveau d’huile moteur d’un deux roues motorisé peut prendre différentes formes en fonction de la technologie adoptée par le constructeur.

 

Les moteurs 2 temps

Les moteurs 2 temps ne sont plus utilisés que sur les engins de faible cylindrée. Lorsqu’ils sont à graissage séparé, l’huile moteur est contenue dans un réservoir dédié. Cette huile est consommée automatiquement (mélangée au carburant à l’aide d’une pompe) par le moteur et le niveau (qui baisse lentement, ce qui est normal) doit toujours être sécurisant (prévoir en fonction des déplacements). La consommation est variable entre 1 et 5 % de la consommation d’essence. Il y a une autre quantité d’huile « de boite », enfermée dans le carter moteur dont le niveau se contrôle soit par un hublot, soit par une jauge.

 

Les moteurs 4 temps

Le niveau des moteurs à quatre temps, se contrôle suivant deux méthodes qui dépendent, là aussi, de la technologie choisie par le fabricant :

  • Moteur à carter sec, l’huile ne stagne pas dans le carter mais est stockée dans un réservoir séparé d’où elle est envoyée sur les organes à lubrifier. Le niveau ne s’établit que lorsque le moteur est chaud et c’est donc à ce moment là que son contrôle doit avoir lieu.
  • Moteur à carter humide, l’huile est simplement stockée dans le carter moteur. C’est de là qu’elle part travailler et c’est là qu’elle retourne par gravité. Le niveau peut-être vérifié à froid ou quelques minutes après l’arrêt moteur.

 

Contrôler du niveau d’huile moteur de votre moto / scooter

Vérification du niveau d'huile moteur sur une moto

Le contrôle lui-même se fait, soit par une jauge, soit par un hublot. La jauge doit souvent être simplement posée sur son orifice et non pas vissée (cela doit toutefois être vérifié sur le manuel d’utilisateur). Pour un hublot, le niveau d’huile doit atteindre (s’il n’y a pas de repère) les 2/3 de sa hauteur, laissant apparaître un peu d’air dans le tiers supérieur. Dans les deux cas le véhicule doit être sur ses roues, sur un sol horizontal et tenu en équilibre à la verticale, ce qui ne permet pas d’utiliser la béquille centrale. Il est donc judicieux de se faire aider…

  • ces contrôles se font moteur arrêté
  • le niveau d’huile du moteur à carter sec se contrôle « en rentrant » (c’est a dire moteur chaud), alors qu’il se contrôle « en partant » (moteur froid) sur le moteur à carter humide
  • la vérification doit toujours se faire dans les mêmes conditions et au même endroit, cela évite les mauvaises impressions
  • il est normal qu’un moteur consomme une partie de son huile et des appoints réguliers sont souvent nécessaires
  • il est parfois difficile de s’y retrouver entre « carter sec » et « carter humide », comme par exemple sur une Yamaha 850 TDM dont le réservoir séparé est intégré dans les carters moteur ou sur une Yamaha 600 XT dont l’huile est, en grande partie, stockée dans le cadre …

 

A savoir : Les moteurs 4 temps n’ont de nos jours, que très rarement des boites de vitesses à huile séparée, mais cela était courant à une époque où les huiles ne savaient pas « tout faire ». Les huiles « automobiles » ont des caractéristiques qui les rendent incompatibles pour un usage « moto ».